La France grimace et se prépare à un défi hardcore contre Team USA ou la Chine

Le scénario que l’on craignait se profile donc pour l’équipe de France. Les Bleues devaient battre la Serbie pour être certaines d’éviter Team USA et la Chine en quarts de finale. Elles n’y sont pas parvenues, ultra-dominées au rebond (44-25) et dans l’agressivité (17 lancers à… 3) par Marina Maljkovic et ses filles. Encore une fois, à l’exception du match pour le bronze à Tokyo, la coach serbe a trouvé la formule pour dérouter la France et ressortir avec la victoire (68-62).

Surprise au coup d’envoi, Maljkovic avait laissé ses trois meilleures scoreuses sur le banc, à commencer par l’inarrêtable Yvonne Anderson. Pas de problème, les remplaçantes ont fait le job et les cadres ont repris le flambeau en cours de route. Tina Krajisnik, qui arborait un masque pour protéger son nez fracturé, l’a vite abandonné, ce qui ne l’a pas empêché de rouler sur les Bleues à frange déployée. Avec 12 points et 13 rebonds, l’intérieure a grandement contribué au succès de son équipe, comme l’ailière de Salamanque Jovana Nogic, 17 points, et cette diable d’Anderson (18 pts).

Les Françaises ont compté jusqu’à 14 points de retard mais ont parfois réussi à s’approcher au tableau d’affichage. Certaines ont été irréprochables dans le combat, comme Marine Fauthoux (11 pts, 3 asts, 4 stls), dont l’abnégation a permis aux Bleues de revenir à 2 points dans le money time, ou Alexia Chartereau (16 pts). C’est le moment choisi par Sasa Cado, une vieille connaissance de LFB, pour rentrer un tir à 3 points miraculeux avec la planche à 25 secondes du terme…

L’issue est néanmoins logique, tant le plan mis sur pied par les Serbes a fonctionné, là où la France a joué un peu contre-nature. Jean-Aimé Toupane était clairement agacé de voir son équipe abuser du tir extérieur alors que cette arme n’avait pas franchement été à l’avantage de son groupe jusqu’ici dans ce Mondial. On aurait aimé voir plus d’alternance intérieur/extérieur et la même justesse défensive que lors des autres rencontres du tournoi. Malheureusement, ça n’a pas été le cas.

Il faut dans tous les cas se dire qu’avec un groupe aussi jeune, ces choses arrivent et ces rendez-vous, même décevants au final, constituent une belle expérience. Un quart de finale de Coupe du monde, même s’il ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, quel que soit l’adversaire, c’est appréciable.

On ne vous fait pas un dessin pour ce qui est de Team USA, qui roule sur tout le monde et a une approche tactique qui la rend peut-être encore moins vulnérable que d’habitude. Pour la Chine, il faut aussi se rendre compte que cette équipe est un ogre dans cette compétition, avec des joueuses et un style qui a de quoi lui donner un statut de grand favori face aux Bleues. On a vu ce qu’avait donné le match face à la Belgique, qui n’est pas n’importe quelle équipe. Les Cats affronteront vraisemblablement le Canada ou l’Australie, ce qui promet une belle bataille malgré l’absence d’Emma Meesseman.

Pour la France, on attend désormais le tirage, pour savoir si l’espoir est nul ou mince. Quoi qu’il advienne, il y aura eu des promesses et de bonnes choses dans ce tournoi pour préparer l’avenir. Avec un effectif privé de plusieurs cadres, le groupe a fait aussi bien que lors de sa dernière participation à un Mondial, ce qui n’est pas anodin.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !