Nos pronos pour la saison 2022

La saison débute cette nuit et on ne pouvait pas passer à côté du jeu des pronostics, armés de nos boules de cristal et, pour certains, de leur plus bel aplomb pour prédire des choses pour le moins audacieuses, pour ne pas dire totalement à côté de la plaque. On a donc chacun donné notre sentiment sur les trophées individuels, ainsi que sur le nom de l’équipe championne. Vous verrez qu’il y a consensus ou presque au niveau de la MVP et de la franchise qui succédera au Sky.

Shaï 

MVP : Breanna Stewart (Seattle)

Stewie a eu le temps de recharger les batteries pour revenir affamée et prête à dominer la concurrence comme elle le fait souvent depuis son arrivée en NBA. On aura droit à une bataille avec Jonquel Jones et A’ja Wilson, à mon humble avis.


Rookie of the Year : NaLyssa Smith (Indiana)

J’ai l’impression que c’est elle qui aura les meilleures opportunités pour briller et qui en tirera le meilleur parti. Rhyne Howard aura également du temps de jeu à Atlanta et sera sa principale rivale, mais j’imagine une première saison en WNBA plus propre de la part de l’ancienne joueuse de Baylor. Si Illiana Rupert avait débuté la saison et si j’avais la garantie que son temps de jeu sera suffisant, j’aurais pu mettre une pièce sur elle aussi…

Defensive Player of the Year : Alyssa Thomas (Connecticut)

“AT” est du genre à marquer le coup. Pour sa première saison pleine depuis sa grave blessure au tendon d’Achille, je la vois bien poursuivre sur la lancée de ce qu’elle a montré avec Prague en Euroleague et remporter son premier trophée individuel en WNBA.

MIP : Teaira McCowan (Dallas)

L’ancienne intérieure d’Indiana aura normalement du temps de jeu à un poste qui n’est pas le plus fourni chez les Wings. Vickie Johnson voulait une poste 5 à l’ancienne avec de la taille et de l’impact. Elle s’appuiera donc beaucoup sur elle et j’imagine que les stats de McCowan vont grimper en flèche, ce qui est l’un des critères essentiels pour les votants.

6th player : Briann January (Seattle)

J’aurais bien mis Julie Allemand, vu la qualité qu’elle représente en tant que meneuse back up, mais son arrivée tardive dans la saison et l’incertitude quant aux minutes que lui accordera James Wade me fait prendre un autre chemin. Vous ne pensiez pas que j’allais laisser Briann January partir en retraite sans lui donner un trophée ? En tant que remplaçante à Seattle, je pense que sa contribution sera cruciale, même si les stats ne suivront pas forcément. Le pick du coeur, à défaut d’un choix plus raisonnable.

Coach of the Year : Noelle Quinn (Seattle)

Puisque j’imagine Seattle régner sur la saison régulière, je pense que la logique et la force de l’habitude prévaudra. Noelle Quinn aura la pression pour sa deuxième saison à la tête du Storm, mais je pressens qu’elle réussira à l’absorber avec brio.

Meilleure scoreuse : Jonquel Jones (Connecticut)

Je m’attends à de très gros cartons de la part de Jonquel Jones, mais aussi à une régularité qui lui permettra d’afficher une meilleure moyenne de points que ses concurrentes. Personne n’est capable de défendre durablement et efficacement sur elle sur la longueur d’une saison.

Champion : Seattle Storm

Le Storm a l’effectif le plus complet à mes yeux, avec les deux magnifiques ajouts que sont Gabby Williams et Briann January. Ah, et accessoirement deux des 10 ou 12 meilleures joueuses de WNBA avec Breanna Stewart et Jewell Loyd. Sans oublier la légende Sue Bird, toujours assez affutée pour peser, mais aussi fondamentale au niveau du leadership.

La prédiction osée/fantaisiste : Lauren Jackson vient compléter le roster du Storm en fin de saison pour combler une blessure. 

Florian

MVP : Breanna Stewart (Seattle)

Y’a-t-il vraiment besoin d’une justification ? Breanna Stewart respire le basket et il n’y a pas de raison qu’elle ne le montre pas une fois de plus cette saison. Et comme dans son sillage Seattle devrait gagner des matchs (beaucoup), elle aura des votes. Elle aurait dû l’avoir en 2020, elle aurait pu l’avoir en 2021 (sans quelques absences pour blessure et une Jonquel particulièrement énervée). Elle l’aura en 2022. 


Rookie of the Year : Rhyne Howard (Atlanta)

Qu’on ne se mente pas, ça ne va pas gagner des matchs. Mais y’a-t-il une rookie dans toute la classe qui aura une telle carte blanche que Rhyne cette année ? NaLyssa Smith pourrait être une candidate mais je pense qu’elle sera plus cadrée dans l’effectif d’Indiana. Rhyne peut sortir une très bonne ligne de stats. Le genre de chose de nature à influencer les votants. 

Defensive Player of the Year : Elizabeth Williams (Washington)

Instant autopromo. Je me porte certainement l’œil en disant cela mais j’imagine mes Mystics avoir une des si pas la meilleure défense WNBA cette saison. Si Elizabeth Williams est bien la tour de contrôle et la patronne défensive que Mike Thibault souhaite en faire, ce trophée pourrait bien revenir dans son escarcelle. 

MIP : Satou Sabally (Dallas)

Depuis le début de sa carrière, on le pressent, Satou a en elle de quoi être une star. Ce qui la freiné actuellement ce sont des petits problèmes de régularité et de blessures. Entrant désormais dans sa 3e saison, on espère la voir pouvoir mettre un peu de constance dans son jeu. Si c’est le cas, je n’ai aucun doute que ses stats puissent subir l’explosion suffisante pour lui permettre de recueillir les votes nécessaires. 

6th player : Aerial Powers (Washington)

Depuis 2019 et l’année du titre, Aerial Powers a été gênée par plusieurs problèmes de blessures qui ont parfois stoppé sa dynamique. Mais il ne faudrait pas oublier quelle formidable energizer elle représente. Dans un effectif ou j’imagine les postes 2-3 être remplis par Kayla McBride et AngelMcCoughtry, Aerial représente un profil de 6e joueuse idéal, capable de s’acquitter de mission défensives à l’énergie si besoin, mais surtout capable de prendre feu en sortie de banc. Et comme les usuals suspects (Allie Quigley, Kelsey Plum et Dearica Hamby) devraient avoir plus de responsabilité en tant que titulaire (c’est une quasi certitude pour Allie et Kelsey, il faudra encore voir ce qu’il en est pour Dearica), on imagine bien les votants se tourner vers une tête inédite. 

Coach of the Year : Becky Hammon (Las Vegas)

Cela rentre un peu en contradiction avec mon prono, où je vois les Aces finir à la 6e place de la régulière. Néanmoins, dans un scénario où les Aces performeraient un peu mieux que prévu, Becky pourrait assez vite recueillir l’approbation des votants. Beaucoup souhaitent voir sa réussite et la story serait belle. Le genre de story dont raffolent les journalistes… qui forment le panel des votants. Sinon, je mets une petite option sur Noelle Quinn. En cas de performance marquante de Seattle, elle pourrait naturellement avoir des votes. 

Meilleure scoreuse : Liz Cambage (Los Angeles)

Elle l’a déclaré récemment dans une interview, à Vegas elle ne disposait pas du feu vert offensif de son coach. Manifestement, cela l’a frustrée, elle qui est toujours détentrice du record de points sur un match lorsqu’elle était sous les couleurs des Wings. De ses propres mots, les gens ont oublié à quel point elle pouvait scorer. On le sent, Liz Cambage a faim de scoring cette saison. Et si Liz veut scorer, on ne voit pas trop qui pourrait l’empêcher d’arriver à ses fins. 

Champion : Seattle Storm

Quel est le point faible de cette équipe ? Pour réaliser nos previews, nous avons péniblement réussi à dégager un questionnement autour du poste 5 mais que l’on ne s’y trompe pas. Il s’agit d’une faiblesse relative par rapport au reste de l’équipe qui est terrifiant. Briann January et Gabby Williams viennent renforcer une éventuelle faiblesse défensive de l’année dernière. Et offensivement, comment peut-on empêcher le duo Jewell-Stewie, alimenté par l’inusable Sue, de scorer. Je vois personne capable d’arrêter cette équipe sur une série de 5 match, hors blessure. 

La prédiction osée : Les Sparks se rendent enfin compte que Derek Fisher est une fraude… Non je déconne (mais imagine…) 

Ghislain

MVP : Breanna Stewart (Seattle)

Blessée au pire des moments l’année dernière (juste avant les PO) et avec une année sans titre, Stewie va revenir à la norme c’est-à-dire dominer la ligue et finir MVP.


Rookie of the Year : NaLyssa Smith (Indiana)

NaLyssa est une force de la nature avec des capacités athlétiques bien supérieures à la moyenne. Dans un secteur intérieur d’Indiana très jeune et peu nombreux je la vois avoir beaucoup de temps de jeu et s’exprimer et aider cette équipe à progresser.

Defensive Player of the Year : Jasmine Thomas

L’ombre de Briann January a souvent éclipsé les qualités défensives de Jasmine, cette année avec l’arrivée de Courtney W qui va prendre plus de place en attaque je vois Jasmine se concentrer principalement sur : être le premier rideau défensif du Sun.

MIP : Teaira McCowan (Dallas)

Le poste qu’il manquait à Dallas. Depuis son arrivée dans la ligue, on imagine que son profil peut être dominant. Malheureusement jouer dans une franchise qui perd n’a pas aidé à mettre en avant ses performances. Je vois Teaira être sur le niveau qu’elle a affiché en overseas et se développer sous les ordres de VJ.

6th player : Marina Mabrey (Dallas)

Dans beaucoup d’équipes Marina pourrait être titulaire, j’ai fait le pari qu’elle partira en second unit pour apporter des coups de chaud à l’attaque… Déjà en course l’année dernière (MIP et SWOY) je la vois continuer à progresser et à scorer outrageusement.

Coach of the Year : Noelle Quinn (Seattle)

L’année dernière Noelle a affiché quelques défaillances suite à la blessure de Stewie, mais avec une année d’expérience mêlée à une équipe forte et expérimentée, je la vois capable de progresser et de montrer au coaching toute l’intelligence de jeu qu’elle possédait en tant que joueuse.

Meilleure scoreuse : Elena Delle Donne

Après 2 saisons frustrantes à cause des blessures, une des plus fortes joueuses scoreuses de l’histoire est de retour. Elena l’a assuré elle se sent bien et même à 80% de son niveau d’antan elle est une matchup impossible à défendre. Washington va de plus avoir besoin d’elle pour briller, je la vois dominer la ligue au scoring.

Champion : Seattle Storm

Quoi de mieux qu’un dernier titre pour le dernier tour de piste de Sue Bird. Le storm fait peur pratiquement à tous les postes et possède l’une des meilleures joueuses du monde. 

La prédiction osée : Sabrina Ionescu va exploser le record de la ligue all-time de triple doubles sur une saison (record de 2). Je la vois faire au moins 5 TD lors de cette saison.

Romain 

MVP : Jonquel Jones (Connecticut)

Je pense qu’elle va être dans la continuité et avec le Sun en première position au général comme je l’envisage, ça fait MVP.


Rookie of the Year : NaLyssa Smith (Indiana)

Cela semble être une course à deux joueuses sur le papier, même si c’est sûr qu’il y aura des surprises. A l’instant “t”, je dis Smith.

Defensive Player of the Year : Alyssa Thomas (Connecticut)

MIP : Sabrina Ionescu (New York)

Cela peut paraître fou mais une Sab qui fait une saison en pleine forme peut faire péter ses stats. Elle sera au moins All-Star et peut-être MIP.

6th player : Dearica Hamby (Las Vegas)

Elle connait le job !

Coach of the Year : Sandy Brondello (New York)

J’ai mis New York 5e mais, sans blessure, l’équipe pourrait gratter une ou deux places et dans ce cas-là, Sandy Brondello pourrait parfaitement en récolter les lauriers.

Meilleure scoreuse : Jonquel Jones (Connecticut)

Pas un trophée en soit mais un titre qu’on aime détenir. La lutte s’annonce intense et je vois bien Jonquel taper du poing et succéder à Tina Charles.

 

Champion : Seattle Storm

J’ai beaucoup parlé du Sun mais à la fin, je vois le Storm s’imposer en playoffs.

La prédiction osée : Olivia Nelson-Ododa va coiffer tout le monde dans la course au titre de ROY… Ah ces rookies, on ne sait jamais où regarder !

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !