A’ja Wilson et Vegas frappent fort, Liz Cambage a du répondant

Las Vegas Aces – Seattle Storm : 85-74

Il n’y a que deux matchs au compteur pour la plupart des équipes, mais on peut déjà dire que l’équipe la plus impressionnante au démarrage se trouve au Nevada. Les Aces ont confirmé leurs bonnes dispositions en remportant ce qui est toujours un choc contre Seattle. En s’appuyant sur une domination au rebond (45-30), une bonne défense collective, même sur Breanna Stewart (17 pts) et Jewell Loyd (19 pts), une belle simplicité dans l’exécution offensive et un énorme 4e quart-temps, Las Vegas s’est payé le Storm. Une confirmation de l’entame intéressante de Becky Hammon comme head coach en WNBA.

Faire shooter le Storm à 35% n’est pas à la portée de tout le monde, mais Vegas y est parvenu en peaufinant l’identité de jeu que l’on devrait pouvoir observer tout au long de la saison. A’ja Wilson (20 pts, 15 rbds, 5 blks) était en mode MVP, avec un accent mis sur l’anéantissement des tentatives adverses et Dearica Hamby (10 pts, 19 rbds) ont outrageusement dominé à l’intérieur, mais tout le monde s’est mis au diapason avec 19 points pour Jackie Young et quelques séquences intéressantes de Chelsea Gray (12 pts) et Kelsey Plum (7 passes) pour enrober le tout.

En tête d’un point au démarrage du 4e quart-temps, les filles de Noelle Quinn ont été dépassés en intensité et en justesse sur la dernière période. Gabby Williams (0/7), Sue Bird (1/5) ou Ezi Magbegor (4/12) n’ont pas eu l’adresse nécessaire pour enlever un peu de pression au tandem Stewart-Loyd, toujours un peu en rodage.

C’était probablement le bon moment pour jouer Seattle, dont on connait la capacité à monter en régime au cours d’une saison. En ce qui concerne Las Vegas, y aura-t-il seulement un bon moment pour les affronter cette saison ? Il y a bien la petite interrogation au niveau du banc, où il manque un peu de densité intérieure, mais on a dans l’idée que l’arrivée en cours de route d’Iliana Rupert pourrait résoudre tout ça.

Indiana Fever – Los Angeles Sparks : 77-87

On se demandait dans quel état Liz Cambage allait débuter ce match en déplacement à Indianapolis. Quelques heures plus tôt, Jenna O’Hea, l’ancienne capitaine de l’Australie, avait révélé à la télévision le détail de l’incident qui avait conduit à l’éviction de Cambage avant les Jeux Olympiques. O’Hare a acquiescé lorsque le présentateur lui a demandé si la star des Opals avait bien dit à une Nigériane de “rentrer dans son pays du tiers monde” avant qu’une bagarre n’éclate lors de ce match de préparation. Avec Ezi Magbegor, d’origine nigériane, dans l’équipe, on imagine que la scène a été encore plus intolérable au sein du groupe. A Los Angeles, Liz est désormais coéquipière de Nneka et Chiney Ogwumike, dont les origines ne sont un mystère pour personne. Malgré ce déballage accablant, qu’elle a en partie nié sur les réseaux dans la foulée, l’intérieure des Sparks a réussi un bon match face au Fever. Les Caliorniennes ont d’abord été surprises par l’énergie et l’intensité de la jeune garde de Marianne Stanley, mais la domination intérieure des Sparks, notamment incarnée par Cambage (22 points, 11 rebonds à 8/11) et Ogwumike (13 pts, 8 rbds, 3 stls, 1 blk) a été trop dure à compenser. L’impact de Brittney Sykes (17 pts), que l’on est plus habitués à voir briller défensivement, a été aussi notable. Les filles de Derek Fisher n’ont pas été parfaites, mais le job est fait et leur entame est finalement très satisfaisante sur le plan du bilan avec deux victoires en autant de matchs.

Au Fever, à défaut de gagner des matchs, on voit tout de même des choses se mettre en place et des jeunes se mettre en évidence, comme NaLyssa Smith (13 pts, 9 rbds) ou Destanni Henderson (19 pts), qui continue de transpirer la confiance après son sacre avec South Carolina en NCAA.

Minnesota Lynx – Washington Mystics : 66-78

Par la force des choses, les Mystics ont appris à jouer sans Elena Delle Donne ces dernières années. La double MVP ayant décidé d’éviter les longs déplacements en ce début de saison, elle n’a pas pris part à celui vers Minneapolis, laissant ses camarades montrer qu’elles sont capables de gérer en son absence. C’est exactement ce qui s’est passé sur le parquet des Lynx, avec une victoire d’une facilité déconcertante – pendant une mi-temps en tout cas – contre une équipe orpheline de Kayla McBride notamment. A la pause, Washington menait 47 à 23 et a géré son avance par la suite.

Shakira Austin a eu l’opportunité de fêter sa première titularisation en WNBA et la n°3 de la Draft 2022 s’est montrée à la hauteur, utilisant sa taille et sa maturité pour compiler 13 points, 10 rebonds et 1 contre. Natasha Cloud, décidément en feu depuis l’aventure en AU League, a rayonné en première mi-temps avec 19 points inscrits et l’envie manifeste de montrer qu’elle avait confiance en son shoot (4/7 à 3 pts) cette saison, Ariel Atkins apportant son écot avec 20 points.

Sylvia Fowles (13 pts, 8 rds) et Jessica Shepard (16 pts, 12 rbds, 4 pds) n’ont pas pu tout faire toutes seules et malgré le réveil tardif des Lynx, il y avait un vrai écart de niveau entre les deux équipes sur cette opposition. On espère pour la bande à Cheryl Reeve que la saison se lancera réellement une fois l’effectif au complet. Ce serait dommage que la dernière saison en WNBA de Sylvia Fowles soit un camouflet.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !