McBride réveille les Lynx, ça a chauffé entre DT et Skylar, Rhyne Howard sur sa lancée

Los Angeles Sparks – Minnesota Lynx : 84-87

Les Lynx ont débloqué leur compteur de victoires après 4 défaites inaugurales. Quoi de plus agréable que d’y parvenir face à son ennemi historique, Los Angeles, en souvenir du bon vieux temps ? On imagine que Cheryl Reeve a apprécié le clin d’oeil, en même temps qu’elle s’est réjouie de retrouver Kayla McBride, déjà décisive pour sa première apparition de la saison en WNBA. L’ancienne arrière de Las Vegas (24 points) a été clutch en réussissant un panier avec la faute pour donner trois points d’avance à Minnesota à 2 secondes de la fin du match.

https://twitter.com/espn/status/1526785832673112065?s=20&t=L0nE8cBcTMPAKQeqDozabQ

Clutch aussi, mais dans le mauvais sens, le coaching de Derek Fisher. Ses joueuses ont tenté un panier à 2 points sur leur dernière possession et à en croire Nneka Ogwumike (22 pts, 8 rbds), c’était plus ou moins la requête de leur coach… On notera que Moriah Jefferson s’est très bien fondue dans cette équipe des Lynx. Libérée par Dallas, l’ancienne meneuse de UConn a fait un très bon deuxième match sous ses nouvelles couleurs avec 20 points, 7 rebonds, 6 passes et 4 interceptions. Les Sparks restent sur trois défaites de rang et on commence à avoir apparaître les premières difficultés, notamment au niveau de l’alchimie entre les recrues et le reste du groupe. Liz Cambage, pour ne citer qu’elle, a beaucoup de mal à peser réellement sur les matchs, au-delà de toute considération statistique.

Las Vegas Aces – Phoenix Mercury : 86-74

Phoenix menait encore au score en première mi-temps, lorsque Diana Taurasi et Skylar Diggins-Smith se sont pris le bec sur le banc en plein temps mort. Une scène surprenant et qui a, directement ou pas, fait perdre sa dynamique au Mercury, nettement dominé ensuite par les Aces. On ne sait pas ce qui a causé la brouille entre les deux championnes olympiques, mais leurs camarades ont dû intervenir.

Derrière, la supériorité de Las Vegas s’est manifestée assez clairement. Becky Hammon n’a pour le moment pas un banc très productif, mais le cinq majeur est tellement clinique et productif que tout roule dans ce début de saison. Toutes les titulaires de Sin City ont marqué entre 13 et 20 points, avec Kelsey Plum à la baguette (20 pts) et clairement lancée vers sa première saison All-Star, mais aussi A’ja Wilson en double-double (16 pts, 10 rbds, 2 blks) et Jackie Young, extrêmement appliquée et convaincante (19 pts à 3/6 à 3 points).

New York Liberty – Connecticut Sun : 65-92

Il y a quelques jours, New York avait superbement démarré sa saison en dominant le Sun. De l’eau a coulé sous les ponts depuis et les deux équipes n’en sont plus au même point. Le Liberty vient de perdre 4 matchs de suite, avec une gifle reçue à domicile cette nuit par cette même équipe de Connecticut. Les filles de Curt Miller ont retrouvé leur identité de rouleau compresseur et n’ont pas tremblé une seconde dans cette rencontre. Même si le Sun est logiquement au-dessus, ça n’explique pas la médiocrité de la performance du groupe de Sandy Brondello. New York a eu un mal de chien à prendre soin du ballon, en témoigne ce chiffre ahurissant de 29 pertes de balle sur l’ensemble du match.

En dehors de Betnijah Laney (16 pts à 4/8 à 3 pts) et Stef Dolson (13 pts, 7 rbds), personne n’a échappé au naufrage chez les locales, pas même Sabrina Ionescu (2 pts à 1/4, 5 TO). Bec Allen, clairement en jetlag et les autres remplaçantes de Big Apple n’ont pas pu inverser le cours de la partie.

Il n’y a que cinq matchs joués au calendrier, mais les attentes sont quand même importantes autour de cette équipe et mieux vaudrait trouver assez rapidement une formule qui marche.

Du côté du Sun, DeWanna Bonner a lancé sa saison proprement (16 pts), Jonquel Jones et Alyssa Thomas n’ayant besoin de cavalier qu’une petite vingtaine de minutes avant d’aller faire la sieste sur le banc. Natisha Hiedeman et Brionna Jones (29 pts à deux), ont mis le souk en sortie de banc avec un +39 de différentiel pour la MIP et All-Star 2021.

Indiana Fever – Atlanta Dream : 79-101

L’été indien – enfin, le printemps, en l’occurrence – du Dream se poursuit. L’équipe que la plupart des fans et observateurs imaginaient passer toute la saison dans les bas fonds pour amorcer sa reconstruction, est l’un des trois co-leaders de WNBA après 5 matchs. La belle dynamique s’est poursuivie chez un autre cancre présumé, Indiana, avec un festival offensif orchestré par Rhyne Howard (19 points, 5 rebonds à 7/10 en 25 minutes), qui a profité de l’absence de NaLyssa Smith pour prendre assez clairement seule la tête de la course au titre de Rookie of the Year. Le Fever a été impuissant tout au long de la rencontre et incapable de freiner Cheyenne Parker (17 pts), Erica Wheeler (16 pts) ou même la rookie australienne Kristy Wallace (15 pts).

Impossible de savoir jusqu’à quand durera ce démarrage enthousiasmant, mais il y a dans tous les cas des signaux très positifs pour Atlanta. La coach, rookie elle aussi, Tanisha Wright, et le General Manager Dan Padover n’ont pas chômé depuis leur arrivée et, pour le moment, leur travail est récompensé.

Dallas Wings – Washington Mystics : 68-84

Chez les rookies, il s’agirait de ne pas non plus oublier Shakira Austin. L’impact de l’ancienne intérieure d’Ole Miss est très intéressant dans ce début de saison avec Washington, en attendant notamment qu’Elizabeth Williams soit apte à jouer. Austin a été très en vue cette nuit lors de la victoire des Mystics à Dallas. Avec 20 points, 8 rebonds, 2 passes, 2 contres et un différentiel de +27 en sa présence, la n°3 de la Draft 2022 a fait un joli chantier. Elena Delle Donne (14 pts, 5 rbds) n’a pas manqué de saluer sa prestation, en même temps qu’elle s’est réjouie de la sortie de Covid de Tasha Cloud (10 points, 7 passes).

Après ses deux brillantes victoires contre ces mêmes Mystics et le Liberty, Dallas a eu un petit coup de moins bien compréhensible au vu de l’opposition, après un premier quart-temps pourtant magnifiquement entamé sur un 19-6. Par la suite, les débats se sont rééquilibrés, Arike Ogunbowale n’a pas réussi à régler la mire (6 points à 3/12) au même titre que ses camarades, incapables de marquer pendant 4 minutes consécutives, et Washington a déployé son jeu avec justesse et adresse (51%).

Pas de quoi paniquer d’un côté, ou s’enflammer de l’autre. On a vu deux bonnes équipes que personne n’affrontera avec confiance et sérénité cette saison.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !