#13 : Emma Meesseman

28 ans, intérieure, Washington Mystics

Il y a les joueuses qui manquent une saison sur blessure et pour lesquelles on peut toujours se demander si elles arriveront à redevenir elles-mêmes à leur retour. Puis il y a celles qui font le choix de s’absenter et dont on sait pertinemment qu’elles reprendront leur place parmi les grandes de ce monde à l’instant où elles poseront le pied sur un parquet américain. A l’image de Jonquel Jones, devenue MVP la saison dernière après avoir manqué la Wubble, Emma Meesseman est à ranger dans cette catégorie. La MVP des Finales 2019 n’est officiellement sous contrat avec personne, elle qui a renoncé à jouer en WNBA en 2021 pour se concentrer sur l’Euro et les Jeux Olympiques avec la Belgique. Mais quelque chose nous dit quand même que les Mystics vont tout faire pour récupérer leur EM-VP, tant sa panoplie et son rayonnement leur ont manqué cette année. On l’a vu avec les Cats et avec Ekaterinburg cette saison : Emma Meesseman est toujours aussi réservée en dehors du terrain que totalement impitoyable et complète lorsqu’elle enfile une tenue de basket. La Flamande, meilleure marqueuse de la finale de l’Euroleague avec le club russe et au-dessus du lot avec son pays, reste l’une des joueuses les plus fortes de la planète. Si elle n’arrive qu’au 13e rang, c’est sans doute parce qu’il règne toujours une petite incertitude sur sa présence en WNBA en 2022, mais aussi parce que son profil – en WNBA en tout cas – est plus celui de la coéquipière parfaite que de la franchise player incontestable. A nos yeux, c’est tout sauf un reproche et c’est justement ce qui fait d’Emma Meesseman une joueuse aussi unique.



#13 : Emma Meesseman

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !