Les Aces frappent fort, Taurasi et Ogunbowale perdent leur sang froid

Las Vegas Aces – Connecticut Sun : 89-81

Pour le moment, Las Vegas est une machine et les débuts de Becky Hammon sur un banc de WNBA sont idylliques. Les Aces ont dominé ce qui ressemblait fort à leur plus sérieux adversaire en ce début de saison régulière, à savoir le Connecticut Sun. Avec la blessure de Jasmine Thomas, le groupe de Curt Miller n’a pas encore totalement trouvé sa vitesse de croisière, mais c’était tout de même un défi intéressant pour les Aces. Il a été relevé avec brio et un écart (89-81) presque flatteur pour le Sun au vu de la physionomie du match. A la minute où Vegas joue avec ses titulaires, il n’y a pas photo et l’équipe conserve une marge importante sur n’importe quelle équipe, même Connecticut. Ce sera peut-être un souci plus tard dans la saison, mais pour le moment c’est simplement une démonstration de puissance, incarnée par A’ja Wilson (24 pts, 14 rbds), Jackie Young (21 pts) et Kelsey Plum (18 pts, 7 pds). Il y a de très bonnes chances que ces trois-là soient All-Stars à Chicago le 10 juillet prochain, avec des premières sélections pour Young et Plum. Le fait que Chelsea Gray, qui fait discrètement un bon début de saison, ne soit que la quatrième option du groupe est quand même une idée assez effrayante pour la concurrence…

Du côté du Sun, il est toujours curieux de voir Jonquel Jones aussi timide offensivement (8 points à 3/4 en 30 minutes). La MVP 2021 reste fondamentale dans son activité défensive et l’attention qu’elle suscite chez l’adversaire, mais Connecticut aura sans doute besoin à un moment qu’elle hausse le ton. Pour le moment, c’est probablement une tentative d’impliquer tout le monde et ne pas tirer la couverture à elle. C’est tout à son honneur et Alyssa Thomas, DeWanna Bonner ou Courtney Williams se saisissent de ces opportunités supplémentaires. Malheureusement, dans un match comme celui de cette nuit, ça se traduit par un volume de shoots et un ratio problématiques en ce qui concerne Bonner (6/15) et Williams (6/18), ce qui n’est pas souhaitable…

Taurasi craque, Vandersloot est Miss 4th Quarter

Chicago Sky – Phoenix Mercury : 73-70

Phoenix a déjà assez de mal dans ce début de saison. Si en plus le Mercury perd Diana Taurasi après 13 minutes de jeu contre le champion en titre Chicago, remporter un match devient compliqué. La meilleure marqueuse de l’histoire de la WNBA ne prend jamais une faute technique au hasard. Celles-ci sont souvent calculées et lui permettent de faire pression sur les arbitres pour la suite du match ou simplement d’évacuer sa frustration pour mieux repartir derrière. Cette fois, “DT” a craqué, ulcérée de voir que le corps arbitral ne considérait pas son poignet blessé et coupé comme une preuve que la défense de Candace Parker sur elle était trop agressive. Diana a donc dit à Jenna Reneau ce qu’elle pensait de ses compétences, puis n’a pas lâché l’affaire après avoir reçu une première faute technique. Paradoxalement, Phoenix a réussi à rester dans le match et, mieux, à gommer son retard en deuxième mi-temps pour prendre 8 points d’avance avant le dernier quart-temps. C’est là que Courtney Vandersloot est montée en régime (12 de ses 18 pts ont été inscrits dans le 4e, sur les 22 marqués par le Sky) et que le tandem Tina Charles-Skylar Diggins-Smith, excellent jusque-là, n’a plus pu faire la différence. Chicago s’est finalement imposé de trois points (73-70), dans cette soirée au cours de laquelle Diamond DeShields, pour laquelle on a forcément une appréciation nouvelle depuis que l’on sait ce qu’elle a traversé, a reçu sa bague de championne pour le titre 2021. Phoenix, de son côté, poursuit sa plongée au classement avec 7 victoires en 9 matchs…

Les Mystics se défont d’Indiana grâce à Atkins et Williams

Indiana Fever – Washington Mystics : 75-87

Vous trouviez que les Mystics étaient déjà une équipe intéressante et redoutable depuis le début de la saison ? Attendez de les voir avec Elizabeth Williams en jambes et à plein régime. On a pu avoir un aperçu de ce que l’ancienne joueuse des Sparks et du Dream pouvait apporter à Washington cette nuit, avec l’énorme impact qu’elle a eu lors de la victoire contre Indiana. Le Fever a encore livré une prestation enthousiasmante et prometteuse, au point de mener de 8 points à la pause, avec une Kelsey Mitchell (26 pts) auréolée de son titre de meilleure joueuse de la semaine à l’Est. Petit à petit, les filles de Mike Thibault ont imposé leur loi. Elizabeth Williams a été tyrannique en défense (10 pts, 15 rbds, 6 blks en 23 min), Ariel Atkins (28 pts) s’est mise à scorer comme si le cercle faisait 2 mètres de diamètre et les Mystics ont sereinement conquis leur 7e victoire en 10 matchs cette saison, sans avoir à puiser dans les réserves physiques d’Elena Delle Donne (19 pts, 7 rbds, 3 asts, 2 blks en 25 min).

Arike pas clutch, Sykes on the beach

Los Angeles Sparks – Dallas Wings : 93-91

Il arrive une fois de temps en temps qu’Arike Ogunbowale ne soit pas clutch. C’est toujours choquant et inattendu, tant le sang de la franchise player des Wings se glace lorsqu’il faut tuer l’adversaire à l’approche du buzzer. Contre les Sparks cette nuit, Arike n’a pas eu l’occasion de mettre l’un des shoots miraculeux dont elle a le secret lorsque les secondes s’égrainent. Par contre, elle a eu l’opportunité d’égaliser à 0.8 seconde de la fin sur deux lancers francs. Après avoir manqué le premier, elle a feinté le tir sur le second et été sanctionnée pour cette irrégularité. Quasiment une première à ce niveau. Dans sa frustration, la Texane a montré qu’elle avait un kick au moins aussi puissant que la plupart des joueurs de Ligue 1 française en explosant un panneau publicitaire accolé à la table de marque…

Avant ça, on avait eu droit à une superbe deuxième mi-temps des Wings, capables de renverser une équipe de Los Angeles sur courant alternatif. Passées en tête dans le 4e quart-temps, notamment grâce à de gros passages de Marina Mabrey et Satou Sabally, les joueuses de Vickie Johnson ne sont pas sorties victorieuses d’une fin de match haletante. Brittney Sykes, que l’on sait phénoménale en défense, a montré la facette offensive de son jeu (25 pts, 6 pds) pour épauler Nneka Ogwumike (16 pts, 10 rbds) et Liz Cambage (19 pts, 8 rbds, 6 pds, 4 blks). Isabelle Harrison (20 pts), à trois points, a ramené Dallas à hauteur des Sparks jusqu’aux loupés d’Arike Ogunbowale et à son petit coup de sang.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !