Pourquoi la Belgique va gagner l’Eurobasket

En 2017, les Belgian Cats avaient remporté une magnifique médaille de bronze, une première dans l’histoire du basket féminin belge. 4 années plus tard, ne pourrait-on pas espérer mieux encore et, dream big, une médaille d’or ?

Le point fort de l’équipe

Paul Nielsen l’avait parfaitement décrit dans son brillant article “The day Belgium saved women’s basketball“, la Belgique a un collectif impressionnant. Evidemment, on ne peut pas nier certaines individualités qui portent l’équipe mais globalement, les Cats jouent très bien en équipe et là est leur principale force. Il faut dire que le groupe est très stable : par rapport à l’effectif de 2017, 10 joueuses sur les 12 ont été conservées.

Sofie Hendrickx, la capitaine de l’époque, est retraitée des parquets depuis et Ann Wauters ne prendra pas part à cette édition, se concentrant sur sa préparation pour les Jeux Olympiques. Julie Allemand, blessée à l’époque, sera cette année bien évidemment de la partie. Billie Massey complètera le roaster pour sa première grande compétition officielle avec les Cats hors tournoi de qualification olympique.

Oui, c’est une vidéo qui parle des JO mais elle est tellement parfaite qu’on peut la regarder 1000 fois 😭

Les valeurs sûres

Emma Meesseman, Kim Mestdagh, Julie Allemand, voilà certainement les 3 plus grandes menaces pour les adversaires des Cats mais je ne pense pas vous faire la révélation du siècle. Elles sont toutes les 3 capables de prendre le match à leur compte, chacune dans un registre différent. Emma fera sa poésie en bordure de raquette, Kim dégainera son shoot le plus pur et Julie prendra de vitesse quiconque se mettra sur sa route. Mais il ne faudrait pas oublier les autres Cats car elles vous le feraient assurément regretter. Absente durant plusieurs matchs de préparation à cause d’une blessure au genou, la raquette belge est bien heureuse de voir revenir sa big boss, Kyara Linskens. En 6ème joueuse de luxe, Jana Raman est redoutable et est capable d’apporter une présence offensive et défensive non négligeable. Antonia Delaere est également un couteau suisse bien utile pour les Cats et son impact se ressent à différents niveaux du jeu. Marjorie Carpréaux, à la manière d’une Aerial Powers, apporte avec elle une énergie souvent salvatrice en cas de coups de mou. Enfin, Hanne Mestdagh et Heleen Nauwelaers sont capable de relancer l’équipe avec leur talent de shooteuses à sang froid. Un équilibre savamment réfléchi par Philip Mestdagh et Pierre Cornia, un équilibre qui a fait ses preuves puisque les Cats n’ont pas perdu un seul match de préparation à cet Euro.

La jeune qui monte

L’ajout de Billie Massey est loin d’être anodin pour les Cats. A seulement 21 ans, Billie a déjà fait le bonheur des Young Cats (U18) avec qui elle a remporté le championnat d’Europe en 2018. Elle a d’ailleurs été élue MVP de ce tournoi. Présente dans l’effectif des Cats depuis novembre 2020, elle y a déjà fait sa place, apportant à l’équipe son sens inné du rebond et son talent, tout simplement. Sur les 5 matchs de préparation auxquels Billie a pris part, elle a proposé des statistiques prometteuses : en moins de 20 minutes de jeu, 5.4 points et 7 rebonds !

Alors ?

Souvent pronostiquée sur la 2ème marche du podium par les experts FIBA, la Belgique va sans doute devoir se défaire de la terrible équipe de France. On en tremble déjà tant le dernier rendez-vous a laissé des traces indélébiles dans les petits coeurs noir/jaune/rouge. Mais il ne faudra évidemment pas négliger l’Espagne et la Serbie, habituées des grands rendez-vous européens.

Et c’est finalement là la principale faiblesse des Cats. Avant 2017, la Belgique n’avaient jamais remporté de médaille lors d’un Euro. Les JO de Tokyo seront les premiers de l’histoire des Cats. Même si cela fait quelques années que ces dernières sont citées dans les très bonnes équipes à suivre, leur 6ème place au ranking FIBA l’attestant, c’est parfois perturbant de ne plus être l’outsider tout en étant, malgré tout, bien moins expérimentés que les autres équipes. Mais au niveau du talent, de l’envie et de l’esprit d’équipe, les Cats sont définitivement prêtes !

Mais il y a la France aussi…

Chez Swish Swish, on est partagé entre la Belgique et la France. Alors on a chacun écrit pourquoi notre équipe allait gagner, histoire de s’assurer une bonne ambiance pour les 15 jours à venir. Et vous, de quel côté votre coeur balance-t-il ?

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !