La France a enfin vaincu l’Espagne !

Une bête noire, c’est sacrément tenace. L’Espagne a tellement traumatisé les fans français qu’il a fallu que le buzzer final retentisse pour que l’on y croit. Les Bleues ont bel et bien passé l’obstacle rouge sangria qui leur a barré la route un nombre incalculable de fois par le passé. Quelques heures après le fantastique Belgique-Japon qui a malheureusement abouti à une élimination des Cats, la France a été au rendez-vous (67-64). Il faut l’avouer, cette partie n’a pas toujours atteint la qualité et le niveau de jeu de la précédente. En termes de tension et d’atmosphère oppressante, le parallèle est en revanche inévitable.

Les Françaises ont beau avoir mené pratiquement tout au long de la rencontre et avoir compté jusqu’à 13 points d’avance, tout le monde savait que la maladresse et les errements espagnols ne pouvaient pas durer. La Roja s’est reprise, agressive et comme prévu moins myope, à coups de rebonds offensifs (17), de paniers d’Astou Ndour (16 points, 11 rebonds) et de tirs glaçants de Maite Cazorla. A tel point que les vieux fantômes des cagades passées sont remontés à la surface lorsque les Espagnoles ont repris les commandes dans le money time.

Cette fois, il n’était pas question de courber l’échine et d’accepter de voir une nouvelle fois Alba Torrens, Laia Palau et leurs comparses célébrer un succès.

Si les joueuses de Lucas Mondelo préparent à cette heure leur vol retour vers Madrid, c’est parce que les Bleues ont eu le mental et l’abnégation qui leur ont parfois manqués dans ces situations chaudes.

Marine Johannès superstar

Marine Johannès, meilleure marqueuse française sur ce match (18 points) a été épatante, notamment à 23 secondes de la fin en transperçant le filet main gauche avec l’aide de la planche en toute fin de possession. Gabby Williams (11 points) s’est comportée en patronne, acceptant d’être celle qui prendrait les énormes charges espagnoles dans le buffet, avec la responsabilité de ne pas flancher sur la ligne dans les dernières secondes. Toute l’équipe de France a fait le dos rond et a produit les efforts nécessaires pour atteindre le dernier carré et vaincre ce qui s’apparentait à une malédiction.

Le panier clutch de Marine Johannès pour donner trois points d’avance aux Bleues

Si le plus dur semble avoir été fait, il n’en est rien. Au milieu de cette performance de haut vol, les Bleues ont perdu un nombre impressionnant de ballons (19) et ont été dévorées au rebond offensif (17 à 5). Contre le Japon, face auquel Valérie Garnier n’aura plus l’excuse du “manque d’habitude contre ces équipes asiatiques”, la France sait désormais à quoi elle sera confrontée. Les Nippones ne seront pas aussi maladroites que les Espagnoles, bloquées à 34% aujourd’hui. On parle de professionnelles de l’assassinat en règle à longue distance et de marathoniennes qui vous épuisent par leur activité défensive avant qu’elles ne soient elles-mêmes usées physiquement.

Vendredi, Endy Miyem et ses camarades ont doublement intérêt à battre le Japon. Il s’agira de venger la défaite en phase de poules, mais aussi les fans que nous sommes et qui sont privés aujourd’hui d’une excitante France-Belgique dans le dernier carré des Jeux Olympiques…

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !