Miracle, New York est en playoffs !

Washington et Los Angeles n’avaient qu’à tendre le bras, et accessoirement gagner un match de basket, pour atteindre les playoffs. Aucune des deux équipes n’y est parvenue dimanche et la soirée popcorn des joueuses du New York Liberty devant leur canapé a viré au champagne. Un an après avoir bouclé une saison avec 2 victoires et 20 défaites, New York va retrouver les playoffs grâce aux défaillances de ses rivaux et à la bonne idée d’avoir stoppé une vilaine série de défaites au bon moment.

Le Liberty a comme nous suivi le finish un peu fou de cette saison régulière en ce qui concernait le dernier ticket pour les playoffs.

Ce sont d’abord les Mystics, qui n’ont pas réussi à surprendre les Lynx. Minnesota avait la troisième place à verrouiller et ne pouvait pas se déplacer à Washington la fleur au fusil. Malgré la nouvelle absence d’Elena Delle Donne, qui n’aura donc joué que deux petits matchs cette saison, les Mystics ont livré une belle bagarre qui aurait pu bien finir. Malheureusement, les efforts de Tasha Cloud (22 points, 5 passes) n’ont pas effacé le fait que Tina Charles n’a pas été aussi prolifique (14 points, 13 rebonds à 6/17) que pendant les trois quarts de la saison et la bataille du rebond où le tandem Fowles-Collier en a presque compilé autant que tout Washington. Les Lynx, victorieuses 83-77 ont aussi pu compter sur un facteur X qui a forcément fait un peu mal au coeur des fans des Mystics : Aerial Powers.

Quelques heures avant le match, Flo (@MysticsBe) nous avait fait une prophétie qui s’est avérée exacte à quelques points près. Jugez plutôt.

Powers, membre du groupe de Washington qui a remporté le titre en 2019, a égalé son record de points en carrière et a contribué à priver son ancienne équipe des playoffs. Mike Thibault va désormais devoir engager un marabout pour éviter de revivre une saison où les blessures ont fait dérailler son équipe. Les incertitudes autour de la santé d’EDD et du retour d’Emma Meesseman (dont l’absence a permis de rappeler à quel point elle était importante) vont forcément anime l’intersaison dans la capitale fédérale, où on ne vivra pas de post-saison pour la première fois depuis 2016.

Dallas bourreau des Sparks

Pour que New York puisse sabrer le champagne, encore fallait-il que les Los Angeles Sparks ne battent pas Dallas. Ce n’était pas gagné du tout, puisque les Wings n’avaient plus rien à jouer et avaient déjà la tête à leur 1er tour de jeudi contre Chicago.

Vickie Johnson, la coach de Dallas, est de la vieille école. On ne bazarde pas un match. Encore moins si une victoire peut aider sa franchise de coeur (elle a joué pour le Liberty entre 1997 et 2005) à se qualifier pour les playoffs. Les titulaires n’ont donc pas été mises au repos, Johnson privilégiant le besoin de rester en rythme. Arike Ogunbowale (20 points), Marina Mabrey (16 pts) et l’impeccable Isabelle Harrison (14 points à 7/7) ont fait plus que jouer le jeu et ont permis aux Texanes de l’emporter 87-84.

Nneka Ogwumike (18 pts, 10 rbds) et Erica Wheeler (22 pts, 7 pds), la Crossover Queen, ont tout fait pour maintenir L.A. à flot en comblant pratiquement les 13 points de retard accusés dans le 4e quart-temps, Dallas a tenu bon. Wheeler a bien eu une munition à 3 points pour envoyer tout le monde en prolongation, mais le dernier système de Derek Fisher (bientôt promu gouverneur de Californie puisque la tradition veut qu’il prenne du galon après chaque élimination prématurée) n’a pas fonctionné.

Puisque personne n’a voulu se donner assez de mal pour décrocher le 8e spot, New York l’accepte avec grand plaisir, en guise de récompense après une superbe première partie de saison.

Le 1er tour à élimination directe

Chicago Sky – Dallas Wings, dans la nuit de jeudi à vendredi à 2h

Phoenix Mercury – New York Liberty dans la nuit de jeudi à vendredi à 4h (heure française)

Les autres matchs de la nuit

Las Vegas aurait pu complètement lever le pied pour son dernier match de régulière à Phoenix, mais Kelsey Plum avait visiblement envie d’ôter les derniers doutes de l’esprit des votants pour le titre de 6th woman of the year. Outre ses 23 points à 9/18, la championne olympique de 3×3 a pris le tir qui a débouché sur le rebond et le panier de la gagne (84-83) de Jackie Young sur le parquet du Mercury. Mais la vraie héroïne du soir du côté de Vegas, c’est JiSu Park ! La Coréenne a contré ce qui aurait dû être un game winner pour Brianna Turner à l’ultime seconde. Le compte Twitter des Aces a d’ailleurs provisoirement changé de nom pour devenir le “JiSu Park Fan Club”.

Un peu plus tôt dans la soirée, le Connecticut Sun, qu’on aurait pu croire en vacances après s’être octroyé le droit de regarder ses adversaires s’écharper pendant quelques jours sans avoir rien à faire, a mis 20 points dans la vue (84-64) à Atlanta. Les deux Jones, Jonquel et Brionna, n’ont pas eu besoin de beaucoup de temps pour finir en double-double (29 points et 22 rebonds à elles deux), alors que Natisha Hiedeman s’est amusée en sortie de banc (16 pts) pour fêter ses fiançailles avec Jasmine Thomas. Alyssa Thomas a joué 18 minutes (5 points à 1/7) pour poursuivre l’opération “on enlève la rouille avant les playoffs”. Le Sun finit donc la régulière sur une série de… 14 victoires de rang.

DeShields, la résurrection ?

De son côté, le Sky a fini sur une bonne note en s’imposant à domicile (98-87) contre Indiana. Ce n’est évidemment pas cette victoire logique que tout le monde retiendra, mais plutôt le carton offensif de Diamond DeShields. On a suffisamment dit que la All-Star de Chicago était très loin de son niveau de 2019 depuis deux saisons pour reconnaître qu’elle va bien mieux ces derniers temps. Ce feu d’artifice avec 30 points (record personnel égalé), 7 rebonds et 6 passes est peut-être de bon augure pour son équipe, qui a cruellement besoin de ses compétences pour éviter une sortie de route prématurée contre Dallas jeudi. Dans la discrétion la plus totale, Kelsey Mitchell a fait encore mieux avec 32 points à 12/17 pour son record de la saison.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !