La WNBA a repris son cours : Allie Quigley, Chelsea Gray et Jonquel Jones stars de la nuit

La WNBA nous a manqué pendant les Jeux Olympiques et après le petit apéritif sympathique mais sans suspense de la Commissioner’s Cup, aka “La Coupe à Cathy”, il nous fallait bien 6 matchs pour étancher notre soif. Toutes les équipes de la ligue étaient en action dans la soirée et la nuit de dimanche à lundi. On vous fait un petit résumé de ce que vous devez retenir de cette reprise.

Chicago Sky 87-85 Seattle Storm

Vous pensiez qu’Allie Quigley avait perdu la main pendant la trêve olympique ? La shooteuse du Sky a gardé suffisamment de rythme pour emmener son équipe en prolongation à la force de son poignet droit. Sans Quigley, Chicago aurait perdu dans le temps réglementaire contre Seattle, pourtant privé de Breanna Stewart et Sue Bird, laissées au repos. Le genre de défaites qui peuvent démoraliser lorsque l’on a pour ambition de détrôner le Storm…

Heureusement, donc, Quigley (17 points, 8 rebonds et 4 passes) a gommé à elle seule les 6 points de retard du Sky à 1 minute 20 de la fin du 4e quart-temps. Deux banderilles dont elle a le secret et qu’elle semble capable de rentrer jusqu’à 60 ans.

Le Storm peut quand même nourrir des regrets, puisque Jordin Canada a eu deux lancers derrière pour redonner l’avantage à Seattle, mais les a manqués. En overtime, la All-Star Kahleah Copper (19 pts) a continué son joli chantier et les filles de James Wade, qui fêtait son anniversaire pour l’occasion, ont résisté aux championnes en titre.

On notera qu’Ezi Magbegor a bien profité de la hausse de son temps de jeu, dans la lignée de ses bons Jeux Olympiques. L’Australienne a fini la rencontre avec 21 points, 9 rebonds et 3 contres. Mercedes Russell n’est elle pas passée si loin de ce qui aurait été le triple-double le plus étonnant de la saison, avec 10 points, 11 rebonds et 7 passes.

Las Vegas Aces 84-83 Washington Mystics

“La spéciale…” Notre ami Flo de @MysticsBE était dépité après la défaite de Washington à Las Vegas cette nuit. Il y a de quoi, puisque comme trop souvent depuis le titre de 2019, les Mystics ont dilapidé une belle avance et craqué dans le money time. Sur le papier, les Aces avaient beau être favorites, ce sont bien les joueuses de Mike Thibault qui ont fait la course en tête et dominé les débats. Petit problème, même quand on mène de plus de 10 points pendant toute la rencontre, un match de basket dure 40 minutes, pas 30.

Les efforts du tandem Ariel Atkins-Tina Charles (20 points chacune) de Myisha Hines-Allen (16 pts pour son retour) ou Natasha Cloud (11 pts, 10 asts) n’ont pas suffi à éviter une terrible débâcle lors de l’ultime période. Alors que les Mystics menaient de 14 points à l’entame du 4e quart-temps, la lumière s’est éteinte. Ou elle s’est allumée chez les Aces, au choix.

Un run impressionnant (29-14) orchestré par Liz Cambage et A’ja Wilson, 19 points à elles deux sur cette période, et l’ADN clutch de Chelsea Gray ont fait plier Washington. A 4 secondes de la fin, le shoot de la récente médaillée d’or aux J.O. a été synonyme de victoire.

Les Mystics, qui espèrent toujours retrouver Elena Delle Donne la prochaine fois qu’elles joueront à domicile, retrouveront les Aces dans la nuit de mardi à mercredi.

Minnesota Lynx 88-78 New York Liberty

Le jeu sur pick and roll dévastateur du Liberty a posé beaucoup de problèmes à Minnesota dimanche, avec le retour au jeu de Natasha Howard. Malheureusement pour New York, les Lynx se sont souvenues qu’elles étaient en pleine bourre avant la trêve et étaient capables de prendre le dessus sur n’importe qui. A 3 minutes de la fin, alors que les deux équipes étaient encore au coude à coude, avec Natasha Howard à 30 points dans un duel de haute volée avec Sylvia Fowles (20 pts, 11 rbds), Minnesota a accéléré. Et New York n’a pas pu suivre…

Les shoots de Bridget Carleton et Kayla McBride ont fait très mal au Liberty, qui peut quand même ressortir de ce match avec des enseignements positifs. Sabrina Ionescu (14 pts, 7 rbds, 6 asts), notamment, semble avoir bien profité de la trêve et le résultat aurait sans doute été différent face à un adversaire un peu moins solide. Sur le thème de la solidité, Sylvia Fowles est d’ailleurs au top du game. La quadruple championne olympique s’est démis un doigt sur une action et a dû le remettre en place pendant le temps mort qui a suivi. Pas de quoi freiner la meilleure rebondeuse de l’histoire de la WNBA…

Pas de quoi affecter non plus sa camarade Napheesa Collier. “Phee” a inscrit 18 points, mais a aussi et surtout été époustouflante en défense, avec 5 contres (record personnel). Ce ne sont clairement pas les Jeux Olympiques qui l’ont épuisée, puisqu’elle a dû se contenter de miettes à Tokyo.

Phoenix Mercury 92-81 Atlanta Dream

Après son escapade ratée dans la Wubble, les rumeurs et les doutes qui ont suivi, Brittney Griner continue de se montrer digne de son talent après d’excellents Jeux Olympiques. L’intérieure du Mercury a signé un 11e double-double (14 points, 10 rebonds et 5 passes) cette saison, un record dans l’histoire du Mercury, lors de la réception d’Atlanta. Avec sa camarade de la raquette, Brianna Turner (10 pts, 17 rbds), elles ont pris 27 des 45 rebonds de leur équipe et dominé leur sujet.

Le Dream, qui n’a toujours pas réactivé Chennedy Carter après sa suspension (on doit quand même être sur un truc un peu plus costaud qu’une simple altercation verbale…), a en revanche lancé d’emblée Candice Dupree, arrivée pendant l’intersaison. La 4e meilleure marqueuse de l’histoire de la WNBA a débuté par une copie avec 9 points et 4 rebonds en 25 minutes. Il n’y avait de toute façon qu’une seule joueuse vraiment en vue dans le groupe désormais coaché par Darius Taylor : Courtney Williams. La All-Star a claqué 30 points pour que son équipe reste à peu près dans le coup toute la partie.

Les efforts de l’ancienne joueuse du Sun n’ont pas payé. Il faut dire qu’en face, Skylar Diggins-Smith (19 pts, 7 asts), Diana Taurasi (18 pts, 5 rbds, 6 asts) et Sophie Cunningham (17 pts) avaient la main particulièrement chaude.

Los Angeles Sparks 75-70 Indiana Fever

La bonne humeur régnait chez les Sparks dimanche, pour leur premier match au Staples Center depuis septembre 2019. La réception du Fever était aussi l’occasion de revoir Nneka Ogwumike et Kristi Toliver en action après leurs blessures des derniers mois. L’aura du Staples a joué son rôle, puisque Los Angeles y a signé sa 16e victoire consécutive, même si le contenu n’a pas été des plus emballants. Indiana, sur sa lancée d’avant la trêve et malgré quelques absences, s’est vaillamment battu.

Ce n’est qu’en fin de partie et à l’expérience que les Californiennes ont pris le dessus. Ogwumike a inscrit le dernier panier du match pour plier l’affaire et signer un retour très honnête (12 points, 7 rebonds et 2 contres). Les Sparks ont posé le verrou sur la fin de partie, grâce aux qualités défensives affichées depuis le début de saison, notamment à l’initiative de Brittney Sykes, meilleure marqueuse de L.A. au passage avec 16 points.

Dallas Wings 59-80 Connecticut Sun

Il faut croire que le Sun avait très envie de gommer l’image laissée lors de la Commissioner’s Cup, facilement remportée par Seattle. Les joueuses de Curt Miller ont passé leur frustration sur les Dallas Wings, pas du tout remises de leurs vacances. En l’absence de Satou Sabally, Dallas a pris le bouillon. Il faut dire que Jonquel Jones était d’humeur à rouler sur l’opposition – comme toujours, donc – et s’est autorisée une copie à 19 points 15 rebonds et 4 passes pour poursuivre sa campagne pour le titre de MVP.

Avec l’aide de Brionna Jones (16 pts), DeWanna Bonner (14 pts) et Jasmine Thomas (12 pts), la Bahaméenne a rapidement calmé les espoirs texans pour offrir un troisième succès de suite à son équipe. Pour Dallas, il s’agit de la 5e défaite en 6 matchs, ce qui n’empêchera jamais Arike Ogunbowale d’approcher ou d’atteindre, comme dimanche, les 20 points. Vickie Johnson n’était elle pas dans le mood pour offrir du temps de jeu à ses jeunes pousses malgré l’écart important au score. Charli Collier (3 minutes), Awak Kuier (1:39) et Chelsea Dungee (39 secondes) ont à peine pu se dérouiller les jambes.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !