Petit guide de la Free Agency : 2. la situation équipe par équipe de la Conférence Est

Avec la nouvelle année qui commence, le monde de la balle orange au féminin se tourne petit à petit vers la saison à venir. Et si le premier coup de semonce a été donné avec la loterie de la draft récemment qui a vu le premier choix être attribué aux Washington Mystics, ce sont maintenant les choses sérieuses qui débutent avec l’arrivée prochaine de la Free Agency : la période des signatures des nouveaux contrats et de constitution des équipes pour la saison à venir.

Pour vous accompagner et vous préparer à cette période essentielle de préparation de la saison prochaine, nous vous avons concocté un petit guide. Si vous ne l’avez pas encore lu, la partie 1 de ce guide rappelait les bases du fonctionnement des contrats en WNBA pour bien en comprendre les rouages.

Les différents tableaux et chiffres de cet article sont issus principalement du site anglophone Her Hoop Stats, véritable mine d’information pour tout qui s’intéresse aux contrats en WNBA.

Atlanta Dream

source : Her Hoop Stats
  • Nombre de joueuses sous contrat : 5
  • Salaires : 542.959 $
  • Cap Space : 836.241 $

Seulement 5 joueuses sous contrat à Atlanta dont un seul garanti. Autant dire que le nouveau management d’Atlanta n’aura pas à s’embarrasser trop longtemps des restes de ses prédécesseurs si l’envie lui prenait de repartir d’une page blanche. Le chantier est d’ampleur. Reste à voir ce qu’il sera possible de faire dans une franchise qui aura connu un sérieux déficit d’attraction récemment, que ça soit à cause de son ancienne propriétaire aux opinions borderline ou à un management passablement laxiste la saison dernière.

Nouveau management, nouvelle coach, place désormais à une nouvelle équipe. Le Front Office aura sans doute à coeur dans un premier temps d’aplanir la situation issue du conflit entre Chennedy Carter et Courtney Williams. Le nouveau management ayant déjà affirmé compter sur Chennedy pour le futur au détriment de Courtney. L’histoire est donc close. Vu le besoin d’encadrer les jeunes Chennedy Carter et Aari McDonalds sur les lignes arrières, on imagine bien Odyssey Sims être un des objectifs de cette intersaison. Elizabeth Williams et Tiffany Hayes seront sans doute des cibles prioritaires également à moins que celles-ci ou l’équipe n’aient une envie de changement. Nulle doute que ces joueuses recevront des propositions, à voir quelles seront leurs envies et les possibilités salariales. Atlanta dispose en tout cas de marge financière pour pouvoir faire de gros coups si leur cote remonte un peu. Il se dit dans l’oreillette qu’Angel McCoughtry a été aperçue en train de s’entraîner en Georgie. De quoi alimenter les espoirs les plus fous d’un retour de l’ancienne légende locale. Mais vu les envies rapides de titre de l’ailière, rien n’est moins sûr.

Chicago Sky

Source : Her Hoop Stats
  • Nombre de joueuses sous contrat : 4
  • Salaires : 470.985 $
  • Cap Space : 908.215 $

L’équipe championne en titre fait désormais face à un énorme chantier lors de cette intersaison. En effet, c’est une grande majorité de l’effectif titré qui se retrouve en fin de contrat et donc un colossal édifice à remonter pour James Wade. La logique souhaiterait que l’on re-signe tout le monde afin de repartir comme en 40 pour un back-to-back. Néanmoins, pas sûr que tout cela rentre facilement dans le portefeuille de Windy city. L’objectif principal se nommera à n’en pas douter Courtney Vandersloot. La maestro du Sky n’a pas semblé avoir des envies d’ailleurs et la re-signer au contrat maximum devrait être une formalité. Reste le détail d’Allie Quigley, son épouse et acolyte du backcourt. On le sait, difficile d’imaginer signer une joueuse sans signer les deux. Reste à savoir quelles seront les prétentions salariales de Queen Allie. Si elle a encore été très impactante cette année, avec un rôle en sortie de banc principalement, ses meilleures années sont désormais derrière elle. La signer trop cher pourrait donc compromettre la construction du reste de l’équipe.

Car il est une autre joueuse qui va, à n’en pas douter, signer le gros chèque cet hiver et il s’agit de nulle autre que la récente MVP des Finales Kahleah Copper. Au vu de son explosion récente et de son impact sur l’équipe lors des derniers playoffs, elle sera assurément un objectif principal pour le Front Office du Sky. Mais Chicago ne sera pas le seul à lui proposer un gros contrat. Avec une concurrence certaine de la part d’autres équipes, James Wade n’aura pas d’autre choix que d’allonger la monnaie s’il souhaite s’attacher ses services. Une situation qui pourrait sonner le glas de l’avenir de Diamond DeShields au sein de l’équipe, elle qui a vu son impact se réduire au fil du temps. Avec son profil athlétique, nul doute que d’autres équipes pourraient être intéressées par l’extérieure aux lunettes. Reste à savoir si Chicago aura l’envie ou la possibilité de s’aligner. La sympathique Stefanie Dolson, coqueluche des fans, pourrait également faire les frais des problèmes de liquidité de la franchise, à moins que d’autres choix ne soient posés.

Connecticut Sun

Source : Her Hoop Stats
  • Nombre de joueuses sous contrat : 6
  • Salaires : 873.716 $
  • Cap Space : 505.484 $

Objectif numero 1 : conserver Jonquel, la MVP en titre. Au vu de son éclosion et son épanouissement sous les ordres de Curt Miller, on imagine cela comme une formalité. Cela devrait permettre à l’équipe de pratiquement récupérer un starting five effrayant sur le papier, surtout sur le frontcourt. On espère enfin voir en action le trio DeWanna-Alyssa-Jonquel. Le problème est qu’il restera ensuite péniblement de quoi offrir 4 contrats minimum pour compléter un effectif de 11 joueuses. Dans ces conditions, quid de Briann January, tellement précieuse en défense mais qu’on imagine mal se contenter d’un salaire de role player au vu de son impact ? De grosses questions pour Curt Miller. Car même si on le sait peu enclin à ouvrir son banc, une équipe avec des ambitions de titre comme le Sun ne pourra atteindre son objectif sans une profondeur intéressante. Les derniers playoffs ont montré que l’équipe possédait des lacunes au niveau de la création depuis les lignes arrières. L’équipe aura-t-elle la possibilité de s’attaquer à ce chantier et de quelle façon ? Les semaines qui viennent apporteront un début de réponse.

Indiana Fever

Source : Her Hoop Stats
  • Nombre de joueuses sous contrat : 8
  • Salaires : 947.531 $
  • Cap Space : 431.669 $

Au vu de la bérézina des dernières saisons, Indiana se doit d’améliorer son effectif, c’est un euphémisme. En tant que GM, Tamika Catchings n’a pas convaincu lors de ces 2 dernières années et il est sans doute plus que temps pour elle de marquer le coup, et de manière efficace. Parmi les joueuses en fin de contrat, on imagine surtout l’équipe pousser pour faire revenir Julie Allemand, qui avait fait l’impasse sur la saison passée, et peut-être Bernadett Határ, blessée une grande partie de la saison dernière mais très intéressante cette année avec son club européen de Sopron. Si ces deux objectifs sont atteints, l’équipe disposera d’une base correcte sur les lignes arrières et au pivot. Restera à s’occuper des ailes en allant si possible les chercher sur le marché. L’équipe devra néanmoins faire face à plusieurs écueils. Premièrement, l’attrait de la franchise. Equipe déjà peu sexy à la base, au sein d’un petit marché, la situation sportive récente n’aura certainement pas amélioré l’image et l’attractivité du Fever. La marge salariale de l’équipe, sans être folle, leur permet toutefois de pouvoir réaliser de bons coups sur le marché. Car il faudra probablement allonger la monnaie pour espérer attirer une Free Agent de renom dans l’Indiana. Reste la possibilité de faire tout péter à coup de trades. Mais certaines bases semblent prometteuses et il conviendrait de construire dessus plutôt que reprendre à zéro une reconstruction entamée il y a désormais 6 ans, une éternité à l’échelle du sport moderne…

New York Liberty

Source : Her Hoop Stats
  • Nombre de joueuses sous contrat : 12
  • Salaires : 1.182.640 $
  • Cap Space : 196.560 $

Sur le papier, New York a déjà un effectif complet de 12 joueuses sous contrat et pourrait donc passer un hiver tranquille au soleil. Mais que serait une Free Agency sans son lot de surprises ? En premier lieu, il y a fort à parier que l’équipe souhaitera améliorer ses faiblesses. Même si la base semble très correcte et qu’une saison complète sans blessure pourrait changer la donner du côté de Big Apple, il faut désormais pour New York passer à la vitesse supérieure et devenir un candidat au titre. Certains profils sont nécessaires pour cela. On pense notamment à une intérieure dominante et un backup à la mène pour faire souffler Sabrina Ionescu. Le changement de coaching s’accompagnera également très probablement d’un peu de changement dans l’équipe.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, Sandy Brondello vient d’être engagée pour le poste. On ne connait pas l’ancienne coach de Phoenix comme une apôtre du développement des jeunes. Quel effet cela aura-t-il sur la jeune base de l’équipe ? Quid du retour d’Asia Durr ? S’est-elle correctement remise de ses complications dues au covid ? Marine Johannès fera-t-elle son retour ? De nombreuses questions auxquelles les prochaines semaines apporteront des réponses. Il est certain que pour l’heure, le Front Office new-yorkais dispose d’une grande flexibilité puisqu’une grande majorité de ses contrats sont non-garantis tandis que la marge salariale est encore importante. De quoi pouvoir frapper fort sur le marché et avoir les armes pour bâtir un effectif compétitif.

Washington Mystics

Source : Her Hoop Stats
  • Nombre de joueuses sous contrat : 6
  • Salaires : 922.300 $
  • Cap Space : 456.900 $

L’hiver risque d’être chaud du côté de la capitale. Avec seulement un peu plus de 450.000 $ de cap space, la franchise dispose à peine de quoi offrir un contrat max. Or, les cibles ne manquent pas. On pense en premier lieu à la possibilité de faire revenir Emma Meesseman, qui s’est concentrée la saison dernière sur l’équipe nationale. Parmi les contrats expirants, Tina Charles sera également une cible de choix et vu sa saison historique sur le plan individuel, elle ne se contentera très certainement pas de menue monnaie. Enfin, Myisha Hines-Allen, révélation de la Wubble, méritera surement un contrat plus à la mesure de son talent. Il est d’ailleurs tout à fait possible que la situation financière ne sonne le départ de Myisha. Avec son statut de RFA, Washington n’aura sans doute pas la possibilité de s’aligner sur une offre importante que ne manqueront pas de proposer certaines équipes. Des choix devront donc être faits du côté des Mystics et ils seront peut-être draconiens. Reste que l’ensemble de la fanbase est finalement suspendue aux nouvelles concernant l’état de santé d’Elena Delle Donne. La sérénité ou pas de cette Free Agency des Mystics dépendra fortement du dos de cette dernière.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !