Walt Hopkins, Sandy Brondello, la valse des coachs a commencé

Alors que l’on pensait l’actualité WNBA assez calme en ce début décembre – on sait que les hostilités contractuelles reprennent habituellement une fois les effluves de la nouvelle année retombés, c’est une petite bombe, puis une suivante, qui sont tombées hier lundi sur une fanbase WNBA quelque peu prise à froid.

Le premier coup de canon est ainsi tombé en début de soirée avec l’annonce de la part de la franchise du New York Liberty d’une fin de collaboration avec Walt Hopkins. Cette annonce aura, il faut bien l’avouer, pris beaucoup de monde par surprise. En effet, pour sa première expérience en tant que Head Coach, Walt avait réalisé un boulot plus que correct. Si sa première saison dans la Wubble avait été compliquée sur le point du pur bilan, il avait dû composer avec un effectif très jeune – c’est un euphémisme – et la blessure de sa toute nouvelle star, Sabrina Ionescu. Pour sa deuxième saison, avec cette fois un effectif plus que solide, des blessures, de nouveau, ont compliqué son parcours. Mais c’est pourtant une accession en playoffs qui aura été obtenue au bout du compte, la première depuis 2017 et le départ de Bill Laimbeer au coaching.

Avec donc une réelle amélioration, tant au niveau du bilan que du niveau de jeu proposé sur le terrain, on s’attendait à voir le projet Hopkins se poursuivre encore quelque peu, d’autant plus que le groupe semblait bien vivre autour de son coach aux bouclettes chatoyantes. Les jours et semaines qui arrivent nous amèneront sans doute quelques éclaircissements sur ce dossier. La simple logique sportive ne semble en tout cas pas suffisante pour expliquer cette décision soudaine.

La franchise new-yorkaise – récemment déménagée à Brooklyn – est donc en recherche d’un nouveau Head Coach et les spéculations vont bon train. Certains noms d’anciennes légendes de la maison comme Becky Hammon ou Teresa Weatherspoon reviennent dans les bouches des fans, mais la froide logique financière aura sans doute raison rapidement de ces doux rêves. L’une et l’autre sont assistantes en NBA à l’heure actuelle, aux Spurs pour Becky et aux Pelicans pour T-Spoon, et on les imagine mal faire une croix sur cette opportunité pour un retour en WNBA. Le flou est donc total et seul l’avenir nous dira si le nom du remplaçant sera déposé sous le sapin pour Noël ou encore plus tard.

Alors que nous revenions à peine de nos émotions après cette annonce surprenante, la soirée n’était pour autant pas terminée. En effet, dans la nuit, le Phoenix Mercury a annoncé le départ de Sandy Brondello après 8 ans de bons et loyaux services, systématiquement en playoffs, un titre (2014) et une Finale perdue (2021). De nouveau, la logique n’est sans doute pas sportive, après un tel bilan mais la surprise est moindre. Huit ans dans le domaine du sport professionnel, c’est une éternité. Il est tout à fait possible d’envisager des envies de changement et de vent nouveau tant au sein du front office de la franchise aux trois titres que de sa désormais ex-coach. Sandy Brondello, également sélectionneuse de l’équipe nationale australienne, pourra ainsi bénéficier de plus de temps pour préparer les échéances à venir, en particulier la prochaine Coupe du monde à la maison en Australie.

Alors que l’on croyait pouvoir gentiment préparer les petits fours du 24 décembre en dégustant jour après jour les délices de notre calendrier de l’Avent, l’actualité de la WNBA n’attend pas et semble avoir décidé de lancer les hostilités de l’intersaison avec un peu d’avance. Ce sont donc maintenant deux sièges qui sont à pourvoir au sein de la ligue… et non des moindres.

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !