Phoenix rejoint Chicago en finale après un game 5 épique, Griner et Taurasi sont increvables !

84
-
87

Las Vegas Kelsey Plum 22pts 3asts 3rbds  • Chelsea Gray 22 pts 6 asts
Phoenix Diana Taurasi 24pts 2asts 2blks • Skylar Diggins-Smith 14pts 8asts

On espère que vous aviez une bonne raison de dormir cette nuit. Sans quoi, avoir manqué ce game 5 tient presque du blasphème. Le Phoenix Mercury et les Las Vegas Aces ont livré une bataille irrespirable et offert un nouveau grand moment de basket aux fans pendant ces playoffs. Commençons par l’essentiel et le factuel : Phoenix va retrouver les Finales WNBA pour la première fois depuis 7 ans ! Comme en 2014, le Mercury affrontera le Chicago Sky, mais cette fois l’affiche sera une première historique entre un 5e et un 6e de saison régulière.

Pour la suite, on ne va pas passer par quatre chemins. Quel P***** de match ça a été ! Au niveau de l’intensité physique et du suspense, on pouvait difficilement rêver de mieux pour une rencontre décisive. Certes, on aurait bien pris une petite dose de prolongation, mais le scénario et la fatigue des actrices, dont certaines vont rejouer dans moins de 48 heures, en ont décidé autrement. Le Mercury, donc, a trouvé l’énergie pour aller s’imposer à Las Vegas et sans deux membres importants de sa rotation, Kia Nurse et Sophie Cunningham, contre des Aces pourtant au complet et revigorées par leur succès en Arizona deux jours plus tôt. Par quel miracle ? Celui d’avoir deux des 25 meilleures joueuses de l’histoire de la WNBA dans ses rangs, Diana Taurasi et Brittney Griner, mais aussi un collectif qui a laissé ses tripes sur le terrain et affiché un mental fabuleux.

En voyant Vegas, avec Chelsea Gray (22 points, 6 passes) et A’ja Wilson (21 points, 10 rebonds), tout écraser sur son passage dans le 3e quart-temps, achevé avec un avantage de 8 points, on se disait que Phoenix avait laissé passer sa chance. C’est là que l’expérience et l’abnégation ont fait la différence. Le talent, aussi, évidemment. Celui de Diana Taurasi, d’abord. Légèrement ronronnante et frustrée sur les trois premiers quart-temps, Taurasi a enfilé sa cape de “Dirty Diana” pour faire décoller tout le monde du canapé.

Presque à elle seule et en deux temps, trois mouvements, la quintuple championne olympique a comblé le retard de son équipe, puis l’a remise en position de force. Des tirs à trois points insolents, un contre sur Liz Cambage (!), des passes lasers, du mindfuck permanent sur les arbitres et les adversaires un peu trop effrontées à son goût… “DT” a été grande et il fallait bien cela pour réussir ce petit exploit. Est-ce que tout le monde réalise bien que celle qui sera vraisemblablement élue “GOAT” par les fans dans quelques jours, s’est pointée dans cette série contre Vegas à 39 ans, sur une jambe et dans le contexte de la naissance imminente de son deuxième enfant ?

https://twitter.com/WNBA/status/1446667083127922695?s=20

Le talent de Brittney Griner a peut-être été encore plus décisif. On a suffisamment déploré le manque de volonté de “BG” d’assumer ce qu’elle est, à savoir une arme de destruction massive et injouable, pour reconnaître que sa saison, ses playoffs et son game 5 méritent leur place dans un musée. Outre ses 28 points et 9 rebonds, l’intérieure All-Star a réussir LE contre le plus important de cette post-saison. Alors que le score était de 86-84 pour Phoenix avant la dernière possession pour les Aces avec 4 secondes au chrono, Griner est allée scotcher A’ja Wilson près du cercle. Sans sauter. Sans perdre le sang froid et la concentration qu’elle dit avoir acquis ces derniers mois grâce à sa psy. Sans la moindre considération pour les espoirs de titre des Aces, à nouveau envolés.

https://twitter.com/WNBA/status/1446671535163461664?s=20

Sur cette même action, l’autre personnage-clé du match pour le Mercury est venue gêner Wilson avant le block de Griner. Shey Peddy, dont on vous contera le parcours du combattant hyper inspirant un de ces jours, a été formidablement précieuse, une fois de plus. Pas de game winner au buzzer ce coup-ci, mais simplement une prestation défensive époustouflante de générosité et de constance, à laquelle il faut ajouter 15 points, mais aussi deux lancers marqués dans le money time pour que son équipe vire en tête.

Dans l’intensité et le répondant, Kelsey Plum (22 points en sortie de banc), Chelsea Gray et A’ja Wilson, pour ne citer qu’elles, n’ont pas à rougir de ce qu’elles ont proposé. On aurait aimé voir une Liz Cambage plus mordante, Dearica Hamby moins gênée par les fautes (3 en… 4 minutes de jeu) et Vegas globalement plus sûr de ses forces, comme l’année dernière…

Le Mercury a dans tous les cas mérité sa victoire. De notre côté, le simple fait de voir Diana Taurasi en position de rattraper son amie Sue Bird au nombre de titres est une raison de se réjouir. Le tout face à une autre équipe enthousiasmante et une autre superstar en mission, Candace Parker. Ne boudons pas notre plaisir : on aura droit à au moins trois matchs de cette série que l’on devine déjà au moins aussi excitante que celle-ci.

Rendez-vous dimanche à 21 heures pour le game 1. Les dormeurs, vous n’avez aucune excuse ! 😆

Les temps forts du match

Soutenez Swish Swish sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Avoir le Swag Swag Ultime ?

Swish Swish Boutique

C’est l’occasion unique de soutenir votre site préféré et d’avoir le swag ultime. Et en plus les frais de port sont inclus dans le prix !